Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Nov 2018 | Profession
 

En marge des derniers chiffres parus sur le marché du vapotage et de sa formidable croissance (voir Lmdt du 23 novembre), quelques éclairages issus d’une conversation avec un consultant spécialiste du segment.

D’après lui, le marché qui est devant nous est estimé à 2 millions de personnes ; 2 millions d’adeptes vraiment réguliers du vapotage en France. Ce qui est très important et correspond à une réelle croissance. Le boom de la cigarette électronique est toujours bel et bien là. Le phénomène est populaire.

•• Mais la grande caractéristique à prendre en compte consiste en l’extrême volatilité de ce marché : consommateurs qui arrivent, qui repartent, qui reviennent … vapoteurs qui retournent à la cigarette conventionnelle quelque temps avant de rebasculer vers la cigarette électronique, dans l’objectif de passer aux liquides à zéro nicotine … vapoteurs saisonniers, etc.

•• Selon cet observateur, la taille, la visibilité et la proximité d’un réseau comme celui des buralistes peut offrir un maillage suffisant pour contribuer à la stabilisation de ce marché, à la condition absolue que l’offre des buralistes soit suffisamment achalandée.

•• Étonnement majeur pour notre interlocuteur : l’attitude encore hésitante des principaux acteurs de l’industrie du tabac. Comme si leurs structures avaient du mal à créer des entités vraiment dédiées, suffisamment souples et réactives pour s’adapter à ce marché volatile. Faute de moyens ? Probablement pas. Problème de culture d’entreprise ? Assurément.

Ce qui fait que le marché manque encore de ces grandes références propres à tout secteur en voie de maturité.