Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Jan 2019 | Profession
 

Nous ne résistons pas au plaisir de reproduire le texte de la directrice de rédaction de L’Amateur de Cigare, Annie Lorenzo, parue dans l’éditorial du numéro de janvier de la revue.

« Nous l’avons souvent dit, la France, particulièrement pointilleuse en matière de lutte contre le tabac, a choisi la version la plus dure des directives européennes et s’est dotée d’une des législations les plus restrictives concernant le cigare. 

« Les taxes appliquées au tabac en 2018 ont augmenté sensiblement le prix des vitoles.

•• « Pourtant, malgré ces obstacles, le cigare se porte plutôt bien dans l’Hexagone. Les ventes ne semblent pas avoir beaucoup diminué et les producteurs comme les distributeurs n’ont pas ralenti leur offre de nouveautés.

« En outre, anticipant de nouvelles taxes à venir en 2019, ils mettent sur le marché d’excellentes et abordables vitoles qui pourront supporter les augmentations à venir sans que leur prix devienne astronomique.

•• « C’est que le cigare répond à sa manière aux attaques. Il n’engage pas de stratégie marketing offensive, il ne tente pas de contourner la loi et, surtout, il ne considère pas la qualité des vitoles comme une variable ajustable.

« C’est toute sa singularité. L’amateur ne fume que parce qu’il aime et ne fume que ce qu’il aime. Il impose le respect. »

(Voir aussi Lmdt des 6 février ainsi que des 9 et 29 décembre 2018).