Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Nov 2016 | Profession
 

Débit de tabac BuralisteLes petits buralistes exerçant en zones difficiles pourront recevoir une « prime de diversification d’activité » de 2 000 euros par an, a indiqué, ce mardi 15 novembre, le gouvernement en détaillant son plan d’aide à la profession annoncé début novembre, indique l’AFP dans une dépêche que nous reproduisons ci-après.

Cette prime est destinée à aider « les buralistes implantés dans les communes rurales, les départements en difficulté et frontaliers et les quartiers de zones urbaines prioritaires, dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 300 000 euros », précise le ministère de l’Économie dans un communiqué. Interrogée par l’AFP, une porte-parole du ministère a précisé que cette prime était annuelle.

Pour accompagner la diversification de la profession, le gouvernement prévoit également une nouvelle aide à la modernisation pouvant « représenter 25 % du montant total des dépenses de modernisation engagées par un buraliste dans la limite d’un plafond de 10 000 euros par débit », indique le ministère.

Ces aides financières ont été décidées le 4 novembre dans le cadre de négociations entre les 25 000 buralistes français et le gouvernement mais n’avaient pas encore été détaillées.

Elles s’ajoutent à la principale mesure alors dévoilée : la hausse progressive de la rémunération des buralistes, dont la marge atteindra 8 % du prix de vente des tabacs en 2021, contre 6,9 % actuellement. Un complément de remise pouvant atteindre 2 800 euros par an est prévu pour les débitants de tabacs ayant un montant de livraisons de tabac annuel inférieur à 400 000 euros.

Le Protocole d’Accord signé mardi par le secrétaire d’État au Budget Christian Eckert et le président de la Confédération nationale des buralistes Pascal Montredon, « a pour objectif d’accompagner et de soutenir la modernisation du réseau des buralistes dans le cadre de la politique de lutte contre la prévalence tabagique », rappelle le ministère de l’Économie.

« Il réaffirme également le rôle des buralistes en tant qu’acteurs de l’aménagement du territoire, en particulier dans les zones rurales, où le débit de tabac est très souvent le dernier commerce de proximité », ajoute-t-il.