Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Août 2020 | Observatoire
 

Le 9 septembre prochain, à Paris, ouvrira un centre se présentant comme totalement pionnier, unique en France et même en Europe : le Centre européen d’Arrêt du Tabac par l’Hypnose (CEATH) qui fonctionnera 7 jours sur 7, et de 7 heures à 22 heures.

« … Afin que le plus grand nombre puisse se libérer du tabac, sans être freiné par des horaires ou des jours de rendez-vous contraignants, qui font souvent partie de toutes les fausses bonnes excuses que l’on se trouve pour ne pas arrêter », annoncent les deux fondateurs, Corinne Saillet et Franck Fournier, dans Le Parisien.

Ils sont rejoints par une dizaine d’hypnotiseurs certifiés et experts en sevrage tabagique, formés à la même méthode. Les thérapeutes du Ceath revendiquent « l’accès de tous au sevrage tabagique ».

•• L’histoire du Ceath est aussi une histoire de révélation, lorsque Corinne Saillet, chef d’un service éducatif, puis prof de théâtre et directrice d’une compagnie, a découvert en spectatrice les pouvoirs du mentalisme et l’hypnose.

Quatre ans après cette « rencontre » qui l’a conduite à se spécialiser dans les addictions, elle en fait son métier, ouvrant un cabinet en région parisienne, alors que les hypnothérapeutes dédiés au sevrage tabagique se comptaient encore sur les doigts d’une main.

Entre temps, Corinne Saillet fait découvrir l’hypnose à son compagnon, Franck Fournier. Le duo décide d’abord de se lancer un défi en commençant dans … le spectacle, tout en travaillant à la méthode thérapeutique aujourd’hui pratiquée.

•• Anciens fumeurs tous deux, Corinne Saillet et Franck Fournier connaissent leur sujet, selon le quotidien. Le décès d’un proche « a été un déclencheur, il y avait quelque chose à faire pour accompagner efficacement tous ceux qui veulent se délivrer de ce poison ».

•• « On ne fait pas arrêter de boire à un alcoolique en lui prescrivant 3 shots de vodka par jour ! », assènent les fondateurs du Ceath, en pointant « le grand paradoxe des patchs, gommes à la nicotine, cigarettes électroniques et autres substituts prescrits aux candidats au sevrage, alors qu’ils sont bourrés du même poison ». Le Ceath propose d’ailleurs le sevrage de la cigarette électronique.

Pour ces thérapeutes, il n’y a pas de secret : arrêter la cigarette c’est tout de suite, radicalement, et c’est par l’inconscient que cela passe.