Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Déc 2020 | Profession
 

Grâce au confinement, les ventes de tabac en France n’ont globalement pas chuté malgré les hausses de prix depuis un an.

L’État va encaisser près de 2 milliards d’euros de taxes supplémentaires cette année, annonce et analyse Matthieu Pechberty sur BFM Business, ce 16 décembre (voir 11 août 2018 et 7 juillet 2017). 

« C’est l’alignement des astres pour l’État. Le marché du tabac s’est envolé en 2020 dans une année marquée par le confinement. 

•• À fin novembre, et alors que les ventes se tiennent sur les quinze premiers jours de décembre, le marché a augmenté (en valeur) de 12% ! (voir 12 décembre 2020). Selon les industriels, le marché devrait ainsi atteindre environ 21,7 milliards d’euros, soit 2,3 milliards d’euros de plus que l’an passé. 

Une explosion inédite. D’abord, car les prix des cigarettes ont augmenté de 1,5 euro, en moyenne en un an, avec trois hausses successives en novembre 2019, mars 2020 et le mois dernier. En 2018 et 2019, les hausses de prix d’un euro avaient fait plonger les ventes de 9 % et 7 %.

Sauf que cette année, le confinement et surtout la fermeture des frontières ont obligé les fumeurs à acheter en France. Les ventes à l’étranger, 30 % du marché, ont été en grande partie rapatriées dans l’Hexagone. Si bien que les buralistes aux frontières, qui souffrent des prix plus bas en Espagne ou en Belgique, ont enregistré une année record.

•• Le confinement a permis aux ventes en volume de se stabiliser (une très légère baisse de 1 %) alors qu’une chute était attendue sous l’effet des hausses des prix. Le chiffre d’affaires global du marché a ainsi explosé et tout le monde en a profité.

À commencer par son premier bénéficiaire : l’État qui prélève 82 % de taxes (TVA comprise). À fin novembre, les recettes fiscales atteignent déjà 16,6 milliards d’euros. Selon nos calculs, confirmés par plusieurs sources industrielles, elles devraient atteindre entre 17,5 et 18 milliards d’euros sur l’ensemble de l’année 2020.

•• Un bond gigantesque de près de 2 milliards d’euros alors que les taxes avaient rapporté 15,9 milliards d’euros en 2019. Il y aura donc une « cagnotte fiscale » liée au tabac puisque le gouvernement avait anticipé des recettes moindres. Elle devrait atteindre au moins un milliard d’euros et jusqu’à 1,5 milliard d’euros alors que Bercy prévoyait des recettes fiscales de 16,5 milliards d’euros dans le Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS) de 2020.

•• La trajectoire fiscale des recettes liées au tabac est un véritable succès. Lorsqu’Édouard Philippe avait lancé sa politique du paquet à « 10 euros en 2020 » il y a trois ans, l’État visait une augmentation de 1,7 milliard d’euros des recettes fiscales à l’horizon 2020. Elles auront finalement doublé grâce au confinement. »