Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
16 Jan 2018 | Observatoire
 

Une étude de l’Observatoire français des Conjonctures économiques (OFCE), publiée ce lundi 15 janvier, vient arbitrer le débat entre l’Insee et le Gouvernement quant à la perte de pouvoir d’achat des Français avec la fiscalité « Macron » (voir Lmdt du 24 décembre). 

Selon les économistes auteurs de la note, « les mesures du budget seraient quasiment neutres sur le pouvoir d’achat global des ménages, en moyenne, sur 2018 ». Mais cela provoquerait, quand-même … des inégalités.

•• L’écart entre l’évaluation des mesures fiscales par l’OFCE et par l’Insee en 2018 s’expliquerait notamment par les hypothèses concernant le comportement des consommateurs face … à la hausse du tabac, explique LePoint.fr de ce 15 janvier.

L’Insee s’était contenté de prévoir une stabilité des ventes de paquets de cigarettes, ce qui alourdirait de fait l’impact sur le pouvoir d’achat des Français (avec un euro d’augmentation par paquet au mois de mars). Au contraire, l’OFCE a retenu une diminution des ventes pour faire ses calculs, mais pas aussi forte que celle anticipée par le Gouvernement dans son projet de loi de finances.

Reste un écart – pas vraiment expliqué –  de 3 milliards d’euros, entre l’évaluation de l’Insee sur les retours de la fiscalité du tabac en 2018 et celle de l’OFCE, souligne l’Observatoire.

•• « Pour les ménages à bas revenus, les revalorisations en fin d’année des minima sociaux ne compensent pas les hausses de la fiscalité » estime l’OFCE. Lequel fait allusion explicitement aux taxes sur le tabac et les carburants.

Pour les classes moyennes, « l’abattement de 30 % de la taxe d’habitation et l’élargissement du crédit d’impôt pour les emplois à domicile, voté en 2016 (…) vient compenser les hausses de fiscalité écologique et sur le tabac, ainsi que les effets de la hausse de la CSG pour les ménages retraités » a, en revanche, mesuré l’OFCE.