Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Mai 2015 | Pression normative
 

Michèle DelaunayPression permanente. Alors que le paquet neutre est encore en discussion parlementaire (voir Lmdt du 22 mai) et que de nouvelles mesures sont annoncées par décret (voir Lmdt du 29 mai), la députée socialiste Michèle Delaunay trace la feuille de route.

On connait l’activisme de l’éphémère ministre mais aussi son influence médiatique et politique (voir Lmdt des 6 et 2 avril, 5 mars et 30 décembre). Aussi, est-il intéressant de récapituler les propositions qu’elle a avancées lors de la conférence de presse organisée par ses soins, sur ses terres girondines, ce vendredi 29 mai, avec les antennes locales de la Ligue contre le Cancer et de la Croix-Rouge. De quoi réfléchir tant à leur pertinence qu’à leur crédibilité.

• Objectif : « accompagner la sortie programmée du tabac en 2030 (…) C’est un combat de l’ordre de l’abolition de la peine de mort, dépassant l’engagement partisan (…) L’homme politique qui, au niveau international, incarnera ce combat marquera     l’histoire ».
Une emphase toute politique. Les esprits chagrins relevant que Marisol ne joue pas encore de rôle historique aux yeux de Michèle.

• « Une augmentation notable du prix du paquet, au delà du seuil psychologique de 10 euros »; en une seule fois.
Tout observateur sait ce que cela aurait comme conséquence immédiate sur le marché français. Mais sous l’influence de Michèle Delaunay et d’autres, l’idée fait son chemin.

Couplage de cette première mesure « avec une harmonisation de la fiscalité européenne du tabac » pour arriver à une harmonisation des prix.
Ce qui relève autant du doux rêve que de la méconnaissance des mécanismes fiscaux européens ou des réalités d’un marché global. Peu importe, ce thème est la dernière « tarte à la crème » de ceux qui veulent, avant tout, justifier des augmentations à tout-va.

• Possibilité « d’actions de groupe » contre les fabricants « pour que les victimes et leurs familles ne soient pas sans recours ».
Tant il est vrai qu’avec les photos-choc et les avertissements sanitaires actuels – sans parler du paquet générique – les fumeurs et leurs familles sont sans information sur les risques.

• « Aider les buralistes à préparer progressivement la sortie du tabac (…) en développant les activités hors-tabac ». Mais aussi « plafonnement de leur rémunération sur le tabac vendu pour ne pas les pousser à vendre plus ».
Remarquez : avec les mesures que souhaite faire déboucher Michèle Delaunay, il ne devrait plus beaucoup rester de buralistes bien avant 2030.

Pour autant, la France sera-t-elle sortie du tabac ? On n’en sait rien.