Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Juil 2018 | Trafic
 

Dans un article – reprenant les éléments de langage de la vieille polémique sur l’implication des fabricants dans la contrebande de tabac – le site européen Agoravox revient sur le relatif retard, cette année, de la publication du rapport KPMG sur le marché parallèle en Europe (voir Lmdt du 6 juillet 2017 et 9 juin 2016). Extraits.

« Depuis plusieurs années, les fabricants de tabac financent une étude quantitative sur le commerce parallèle de tabac à KPMG, le Rapport SUN. Mais les nombreuses révélations d’enquêtes médiatiques pourraient mettre à mal les conclusions dudit rapport.

•• « Jusqu’à présent, le scénario était rodé : entre le début juin et le début juillet, le Rapport Sun de KPMG était dévoilé simultanément dans plusieurs pays, par le biais d’exclusivités accordées à certains journaux. Par paresse ou par manque de rigueur, rares sont les journalistes à avoir remis en question les chiffres parfois étranges de cette publication, financés par les quatre majors du tabac, Philip Morris International, British American Tobacco, Imperial Tobacco et Japan Tobacco. En 2017 en France, c’est Le Figaro qui avait publié cette étude (…)

•• « Et puis, en juin 2018, patatras, la « mouche dans le lait » comme on dit dans les films de Michel Audiard. Deux événements vont enrayer cette belle mécanique à tout de même 10 millions d’euros annuels.

« Tout d’abord le député européen Younous Omarjee a publié un « Livre Noir du Lobby du tabac en Europe », révélé dans l’hebdomadaire Marianne par Renaud Dély et Perrine Cherchève, dans lequel il démontre que les quatre majors du tabac Philip Morris International, British American Tobacco, Japan Tobacco et Imperial Tobacco organisent et alimentent le commerce parallèle à hauteur de 99%. C’est donc l’industrie du tabac qui est responsable des trafics, de la montée du tabagisme associée à ces derniers et des pertes fiscales qui en découlent. Celles-ci se chiffrent à 3 milliards d’euros par an en France et près de 20 milliards d’euros en UE (voir Lmdt des 24 et 1er juillet).

 « Dans le même temps l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), par la voix de son Directeur Général Tedros Adhanom Ghebreysus, a annoncé que le Protocole « pour éliminer le commerce illicite de tabac » avait recueilli les 40 ratifications permettant à ce traité international d’entrer en vigueur à compter du 25 septembre 2018. Rappelons que ce Protocole de l’OMS, outre des obligations de vérifications diligentes de la chaîne de distribution du tabac, impose aussi la mise en œuvre de systèmes de suivi et traçabilité des produits du tabac pour lutter contre les trafics de contrebande en faisant porter indubitablement la responsabilité de ces trafics sur ses responsables (…)

•• « La démonstration implacable de Younous Omarjee et l’annonce conjuguée de la ratification définitive du Protocole de l’OMS cinq ans avant la date estimée ont créé un mouvement de panique chez les quatre grandes multinationales du tabac.

KPMG, qui devait déjà faire aux accusations de manipulation de leur étude publiée le 4 juillet 2017 par Emmanuelle Béguinot du Comité national contre le Tabagisme (CNCT), peut s’attendre à sentir le vent du boulet (voir Lmdt du 13 juillet 2012).

•• « Il est évident que dans ce contexte nouveau, la publication du Rapport Sun de KPMG, tout comme l’encombrant sparadrap du Capitaine Haddock, devient épineuse pour l’industrie du tabac qui ne manquerait pas de se voir poser des questions très précises sur son implication, et son double discours (…) ».