Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Sep 2020 | E-cigarette
 

Juul, en difficulté, pourrait se retirer d’Europe et d’Asie, et licencier de nouveau, après avoir déjà supprimé un tiers de ses effectifs, croit savoir mercredi le Wall Street Journal, repris par l’AFP.

La start-up pourrait cesser les ventes dans 11 pays, parmi lesquels l’Italie, l’Allemagne, la Russie, l’Indonésie ou encore les Philippines, selon le journal économique, qui précise que les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni représentaient plus de 90 % des ventes de Juul au premier trimestre. Précisons que Juul a cessé également ses activités en France (ndlr, voir 5 août et 6 mai).

•• Cela doit s’accompagner de licenciements, mais leur nombre n’a pas été précisé.

Les réductions d’effectifs doivent permettre à l’entreprise d’investir pour développer de nouveaux produits, selon un courriel envoyé aux salariés par le PDG de Juul, Kevin Crosthwaite. « Ces investissements ne génèreront pas de revenus à court terme, mais nous aideront à gagner la confiance et à bâtir une entreprise à long terme », a-t-il expliqué.

•• Kevin Crosthwaite a pris la tête de l’entreprise il y a un an, en pleine tempête dans le secteur liée aux inquiétudes sur le vapotage des adolescents, et sur une épidémie de maladies pulmonaires liées à cette pratique, et qui a fait plusieurs dizaines de morts aux États-Unis.

Une enquête des autorités a révélé que la cause était un ingrédient souvent ajouté dans des recharges infusées au cannabis et vendues sur le marché noir (voir 4 mai 2020 et 23 décembre 2019).