Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Déc 2017 | Trafic
 

Généralement, dans ce genre d’affaires, les jugements se font en comparution immédiate.

Ce n’est pas le cas ici, le tribunal de Calais ayant statué le vendredi 15 décembre pour des faits remontant au 16 juin :  Krasimir Kostadinov, un routier bulgare, se présentant ce jour-là au terminal du port de Calais au volant de son semi-remorque pour embarquer vers la Grande-Bretagne.

Derrière les 24 palettes de bouteilles d’eau minérale en provenance de Contrexéville, les douaniers ne tardent pas à découvrir plusieurs cartons contenant 960 kilos de tabac à rouler.

•• Quelle surprise ! Le prévenu a tenté dans un premier temps de nier la connaissance de ce chargement illicite, en déballant le scénario habituel (voir Lmdt des 4 novembre, 27 octobre et 4 juin) : « j’ai reçu un appel de mon patron me demandant de me rendre sur une station précise pour faire le plein de mon camion. Je me suis retrouvé dans un entrepôt où j’ai été entouré par dix hommes armés de barre de fer. Ils m’ont donné l’ordre de prendre en charge les cartons de tabac et ils se sont occupés eux-mêmes du chargement ».

•• « Pendant tout le trajet et même au port de Calais, il ne vous est pas venu à l’esprit de signaler que vous transportiez des produits de contrebande ? » a objecté la présidente. « Je ne pouvais pas. J’ai été suivi tout le long de la route par deux voitures et ils avaient placé un système d’écoute dans ma cabine ».

•• Reconnu coupable de détention de produit fortement taxé, Krasimir s’est vu infliger une peine de huit mois de prison avec sursis et une amende douanière de 239 289 euros.