Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Sep 2020 | Profession
 

Ce lundi 7 septembre, le Tour de France de la Transformation passe par Colmar et sa région.

Avant la grande réunion-forum prévue en fin d’après-midi avec les buralistes à Horbourg-Wihr, Philippe Coy visitera des collègues en transformation tout en faisant étape par la mairie de Colmar et l’Hôtel du Département du Haut-Rhin.

Gageons que la journée sera aussi passionnante que l’étape de Troyes, il y a une semaine (voir 31 août et 2 septembre).

•• En effet, ce 31 août, tout avait commencé par la terrasse ensoleillée du café-tabac L’Union, à Nogent sur Seine, où madame la Maire et le député Gérard Menuel (LR) attendaient la délégation des buralistes. Le vaste bar-tabac-brasserie-jeux-vapotage-presse témoignant d’une transformation réussie et en plein développement commercial. Son patron, Thierry Favin, envisage une sixième embauche.

•• La journée s’est poursuivie par la visite de buralistes de Troyes, une grande partie de l’équipe de la plate-forme d’accompagnement – qui intervient tous les jours auprès des buralistes – s’étant jointe aux élus de la profession.

Avec un crochet, pour Philippe Coy et Alain Sauvage, par le studio de France 3 Champagne et la mairie de Troyes où une table-ronde a été animée par Marc Saberyan, le premier adjoint au maire. Sachant que la députée Valérie Bazin-Malgras (LR) avait aussi rejoint la délégation des buralistes à l’heure du déjeuner pour débattre de divers sujets d’actualité (de « la limitation à 1 cartouche » aux problèmes d’insécurité).

•• La CCI de l’Aube – très engagée localement auprès des buralistes – devait accueillir la réunion-forum de fin de journée. François Baroin avait tenu à ouvrir la séance, au double titre de maire de Troyes et de président de l’Association des Maires de France.

Le temps d’évoquer ses relations particulières avec les buralistes initiées avec Pascal Montredon et poursuivies depuis : « vous n’êtes pas des commerçants comme les autres et on ne fait pas ce métier si l’on n’aime pas les autres ».

Puis se tournant vers Philippe Coy et Pascal Brie (président des buralistes de l’Aube) : « vous avez des obligations de service public et d’intérêt général; plus on descend dans la taille d’une commune, plus on a besoin d’un buraliste … »