Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Mai 2018 | Profession
 

La 10ème étape de ces Journées de la Transformation, animées par les élus de la Confédération, s’est déroulée ce mercredi 2 mai à Nantes (voir Lmdt des 27 et 11 avril).

•• La délégation des élus de la profession y a enchaîné les rendez-vous : Philippe Coy et Sophie Lejeune étant accompagnés de Philippe Glory (président des buralistes de Loire Atlantique), Jacques Remaud (Vendée), Jöel Petit (Maine-et-Loire) et Jacky Révillé (Charente-Maritime et président de la Fédération Ouest).

Le secrétaire général de la préfecture de Loire-Atlantique, Serge Boulanger, a mis en exergue un certain changement de contexte et de discours pour le monde des buralistes : « le Protocole que vous avez signé avec Gérald Darmanin vous reconnaît dans votre fonction commerciale à part entière, il n’est pas réduit qu’à votre activité tabac ; c’est un engagement fort de l’État pour vous accompagner dans votre transformation. »

Le rendez-vous devait durer plus d’une heure. Il est vrai, aussi, que les problèmes d’insécurité et de trafics ont aussi alimenté la discussion.

•• Un peu plus tard, une réunion de travail approfondie avec le Directeur régional de la Douane, Pierre Rideau, accompagné de Marie-Hélène Meunier (responsable du service Tabac). Soit un passage en revue de l’actualité la plus immédiate : la mise en œuvre de la dernière déclaration de stocks ou les problèmes suscités par les décisions de certaines municipalités à propos de transferts intercommunaux.

•• Le temps de visiter Pascal Prout, un buraliste de la périphérie de Nantes, très diversifié, qui s’est doté d’un four à pains pour fournir son quartier … et les élus de la profession ont fait route vers La Chapelle-sur-Erdre où une réunion devait regrouper une bonne cinquantaine de buralistes. Dans une ambiance chaleureuse.

Et comme dans toutes ces réunions de la Transformation, la parole s’est facilement libérée sur des sujets extrêmement concrets : comme les projets de travaux et d’aménagement dans les établissements des uns et des autres. « C’est la preuve qu’avec le fonds de transformation que nous mettons en place actuellement en liaison avec la Douane, nous répondons aux vrais besoins d’avenir de la profession » a souligné Philippe Coy avant d’être interpellé sur divers sujets d’actualité.

Ainsi, l’avenir de l’activité presse.
Ainsi, le développement de l’activité vapotage.
Ainsi, la position que pourrait avoir la Confédération par rapport à une éventuelle légalisation du cannabis …

Ce n’était quand même pas une AG de 68, mais on dira que l’imagination était au pouvoir.