Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Mar 2019 | Profession
 

Cette 1ère journée 2019 de la Transformation, à Lyon hier (voir Lmdt du 11 mars), marquera un avant et un après dans l’histoire syndicale – toujours compliquée – des buralistes de l’agglomération lyonnaise et des environs.

Dans la soirée, une réunion devant une salle comble (les prévisions de la chambre syndicale, animée par Joëlle Ferré, largement dépassées) où les buralistes présents ne sont venus que pour un seul sujet : comment participer au plan de transformation ? quelles aides concrètes ? Comment en bénéficier ?

Une salve continue de questions « pratiquo-pratiques » pour Philippe Coy et Sophie Lejeune.

Une envie globale d’aller de l’avant « avant tout comme des commerçants », de la part de buralistes, peu familiers des réunions syndicales jusqu’à maintenant.

Une ambiance constructive que l’habitude « plutôt réservée » des buralistes locaux vis-à-vis de toute démarche professionnelle commune ne laissait pas entrevoir jusqu’à maintenant.

À cela, on ajoutera :

des visites « à cœur ouvert » chez des buralistes de la ville, en compagnie de médias locaux qui ne se sont déplacés que pour parler « des modalités de cette transformation surprenante de la part … de buralistes » : France 3 ; Le Progrès ; Tribune de Lyon.

un dialogue, là aussi inattendu, avec Bernard Bochard (maire influent du 9ème arrondissement) sur le maillage du réseau des buralistes dans la transformation … d’une grande ville projetée dans l’avenir : « dans nos anciens quartiers ouvriers accueillant aujourd’hui les activités de la nouvelle économie et de grands pôles de formation … nous avons toujours besoin de buralistes. »

On reviendra sur cette journée qui annonce un tournant.