Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Mai 2018 | Profession
 

« La baisse conséquente du nombre de fumeurs qui vient d’être annoncée est une bonne nouvelle pour tous. Il faut aujourd’hui aller plus loin, à partir des expériences reconnues, pour accompagner les fumeurs qui souhaitent arrêter ou réduire leur consommation vers le vapotage, c’est l’un des engagements forts des buralistes » déclare Philippe Coy, dans un communiqué publié à la veille de la Journée mondiale sans tabac 2018 (voir Lmdt des 29 avril, 28 et 29 mai).

« La Confédération des buralistes est engagée aux côtés de l’État dans les politiques de santé publique. Elle a encouragé les buralistes à renforcer la qualité de leur gamme de produits de vapotage pour ceux qui souhaitent réduire, voire arrêter, leur consommation de tabac. Le vapotage est une des alternatives les plus efficaces au tabac et la première solution utilisée par des fumeurs ayant tenté d’arrêter de fumer lors du dernier « Mois sans Tabac ».

La profession se mobilise avec d’une part le programme « Buraliste de la Vape » lancé au sein du réseau des buralistes pour les aider à accompagner leurs clients vers le vapotage (conseils, coaching, formations) et, d’autre part, en s’associant au « Mois Sans Tabac », en novembre prochain, conformément au protocole signé avec l’État. À cette occasion, les buralistes lanceront « le Mois de la Vape » pour sensibiliser leurs clients fumeurs à des alternatives moins nocives.

Si l’efficacité́ de l’augmentation du prix dans la lutte contre le tabagisme est démontrée, il s’avère que dans les zones frontalières où les fumeurs peuvent se procurer du tabac nettement moins cher, on constate que la baisse de la consommation s’atténue. C’est pourquoi les buralistes rappellent la nécessité́ d’opérer rapidement une harmonisation des prix au niveau européen et de lutter encore plus efficacement contre toutes les formes de trafics.

Entrepreneurs responsables, les buralistes ont conclu, en début d’année, un protocole d’accord avec l’État pour accompagner la transition de leur métier vers un nouveau modèle économique de commerce de proximité́. Ils sont pleinement engagés dans ce grand projet de transformation afin de mettre leur maillage territorial au service des besoins de proximité́ de l’ensemble de nos concitoyens.