Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Avr 2018 | Observatoire
 

Depuis le 1er janvier, une nouvelle loi autorise dans la capitale des « clubs de jeux » dans un cadre très réglementé, pour faire place nette après l’hécatombe judiciaire qui avait touché ces dernières années plusieurs anciens cercles de jeux parisiens (voir Lmdt des 9 et 3 janvier).

Ce jeudi 26 avril, le groupe Tranchant a ouvert, à 18 heures, « Paris Élysées Club », le premier cercle de jeux à Paris, situé à proximité des Champs-Élysées, rue Marbœuf.

On ignore encore si les activités FDJ et PMU y seront intégrées, comme cela a été évoqué un moment.

•• Ainsi, Tranchant, le numéro quatre des casinos en France (16 établissements, et 1 en Suisse), a mis sur la table 10 millions d’euros environ pour être partie prenante à une expérimentation prévue par la loi : pour une durée de deux an et demi, à compter du 1er janvier.

L’offre de jeux y est sérieusement limitée, les machines à sous et le blackjack n’y étant pas autorisés. Au « Paris Élysées Club », il est ainsi proposé six variantes du poker et un jeu inspiré du baccara, le punto banco.

L’établissement – qui occupe les locaux d’un ancien haut lieu de la nuit, le « Man Ray » – compte 23 tables sur 2 500 mètres carrés et deux niveaux, dans un décor épuré et soigné, style paquebot de luxe.

•• « C’est un pari. Cela étant, nous avons fait des simulations. On ne s’est pas jeté dans l’inconnu », a souligné Sébastien Tranchant, codirecteur général du groupe et dirigeant de l’établissement, lors de sa présentation. Celui-ci doit même être rentable « dès les premiers mois », a indiqué, de son côté, son frère Romain, également directeur général du Groupe Tranchant.

•• On parle de « cinq à six autres ce candidats sérieux » sur les rangs, selon le commissaire général Philippe Ménard, chef du Service central des Courses et Jeux du ministère de l’Intérieur.

Les groupes Partouche et Raineau ont toujours leur dossier respectif à l’instruction, tandis que Barrière, le numéro un français des casinos et exploitant d’Enghien-les-Bains, a déposé le sien à la mi-février pour s’installer dans les anciens locaux de l’Aviation Club de France. Par ailleurs, Joa entend également être de la partie, tout comme le groupe belge Ardent.

•• En attendant leur arrivée, la direction de Tranchant compte bien séduire sans délai « les clientèles locale et bien sûr étrangère ». Globalement, elle table sur un total de 300 000 visiteurs à horizon douze mois, soit l’équivalent d’un « gros casino ».