Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Oct 2015 | Pression normative
 

Jean-Baptiste LemoyneAprès la publication du rapport Barbier (voir Lmdt du 20 octobre), il n’est pas inopportun de publier le communiqué publié, à l’occasion du congrès des buralistes (voir Lmdt du 15 octobre) , par le sénateur Jean-Baptiste Lemoyne (Secrétaire national au Commerce et à l’Artisanat Les Républicains, Yonne) qui est intervenu suite à son collègue député .

« Alors que les buralistes, rappelons-le, préposés de l’administration, donc de l’Etat, sont réunis en congrès depuis hier, on a appris avec stupéfaction que le Gouvernement ne serait pas représenté lors de ce moment important.

« L’absence du secrétaire d’Etat au Budget, le ministre de tutelle des douanes et des buralistes, est une première et montre avec quelle désinvolture le Gouvernement traite ces commerçants qui sont pourtant des acteurs majeurs de la vie de nos territoires, dans le monde rural comme dans les quartiers » déclare Jean-Baptiste Lemoyne, qui s’est exprimé devant eux hier.

Pour ajouter au burlesque, Frédéric Barbier, député PS, s’est présenté en faisant des propositions pour l’avenir… La belle affaire lorsqu’on sait qu’il n’aura pas de majorité pour faire avancer ce dossier. En effet, les rapporteurs du PLFSS 2016 à l’Assemblée nationale ont cosigné un amendement visant à augmenter chaque année le prix du paquet de cigarette de 1euro, ce qui constituerait un choc fatal pour la profession en faisant explosant le commerce illicite venu des autres pays européens !

« Les sénateurs ne sont pas des marchands de sable, ils ne se contentent pas de paroles. Ils ont agi et voté la suppression du paquet neutre dans le cadre de la discussion du projet de loi de santé alors que les députés socialistes l’avaient adopté ! » ajoute Jean-Baptiste Lemoyne.

Le sénateur de l’Yonne propose une méthode simple pour sortir de la confusion des mesures et amendements contradictoires portés par les parlementaires socialistes : « je souhaite que le Gouvernement s’engage sur un 4ème contrat d’avenir. Pour cela, il doit missionner un ou des parlementaires afin de réaliser une évaluation du 3ème contrat d’avenir et d’engager un dialogue avec les buralistes ».

Le temps est à l’action concrète, pas à l’enfumage ! ».