Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
10 Jan 2016 | Pression normative
 

Claude EvinDans une interview retentissante parue dans le JDD/ Journal du Dimanche de ce 10 janvier, Claude Évin – ancien ministre, ex- président de l’Agence régionale de Santé Ile-de-France, désormais associé au grand cabinet d’avocats international DLA Piper (voir Lmdt du 4 janvier) et dont la loi éponyme vient de passer le cap des 25 ans (voir Lmdt du 8 janvier) – … Claude Évin, donc, s’en prend à Marisol Touraine : « la loi Santé est un échec sur l’alcool ».

De fait, il attaque sans détours cet aspect du volet prévention de la loi Santé.  Mais il évoque aussi le tabac. Dans les termes suivants (extrait de l’interview) :

 Dans la loi Touraine, il y a tout de même le « paquet neutre » pour lutter contre le tabagisme …
Ce n’est pas une mesure qui incite à l’arrêt du tabac. À titre personnel, je n’y crois pas. Si un fumeur n’a pas décidé d’arrêter, paquet neutre ou pas, il ira acheter ses cigarettes. C’est un symbole pour se donner bonne conscience. Il sera un élément supplémentaire pour lutter contre le tabagisme mais ne sera pas déterminant.

 Qu’aurait dû faire Marisol Touraine  ?
Il faut un électrochoc pour changer les comportements ! La ministre aurait dû se battre pour augmenter les prix, la meilleure façon de limiter la consommation.
Il faut les augmenter de manière forte et brutale. De faibles hausses régulières, comme cela a été fait pendant des années, ne servent à rien. Je ne nie pas les conséquences pour les buralistes mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire.

 Les aspects financiers ont-ils primé ?
Le tabac assure à l’État des taxes importantes (14 milliards d’euros). Mais il coûte 47 milliards d’euros chaque année à la Sécurité sociale et fait 78.000 victimes. Ce drame humain ne se mesure pas avec des chiffres.

 Sur le tabac, votre loi a-t-elle également été contournée  ?
Le texte n’a pas changé mais il est insuffisamment appliqué, par exemple dans les bars et les restaurants qui, en hiver, installent des terrasses fermées et couvertes. Il n’y a pas, là encore, de volonté politique pour que des contrôles fassent respecter la réglementation.