Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
6 Fév 2018 | International, Profession
 

Japan Tobacco a vu ses résultats reculer l’an dernier, pénalisés par la baisse des ventes de tabac au Japon, mais il compte sur l’international et ses activités dans la pharmacie et l’alimentation pour améliorer sa rentabilité en 2018.

•• Sur l’ensemble de l’année 2017, le bénéfice net est ressorti à 392,4 milliards de yens (environ 2,9 milliards d’euros au cours actuel), en recul de 6,9 % par rapport à 2016, où le groupe avait enregistré des gains exceptionnels sur la vente de propriétés, annonce l’AFP dans une dépêche, ce matin.

Ce résultat est inférieur aux 402 milliards de yens visés en début d’année et qui représentaient déjà une baisse par rapport aux 421,7 milliards de yens engrangés en 2016.

Le chiffre d’affaires est lui légèrement au-dessus des prévisions à 2.139,7 milliards de yens et quasi stable (-0,2 %) sur un an. Le groupe visait 2 130 milliards de yens.

•• Japan Tobacco a expliqué ses résultats par « la baisse des ventes de tabac sur le marché japonais », qui n’a pas pu être compensée par « la croissance des ventes de tabac à l’international et des activités de pharmacie » (voir Lmdt du 2 novembre 2017).

Des difficultés exceptionnelles avec un distributeur au Royaume-Uni ont également pesé sur les résultats, a-t-il détaillé dans son communiqué. Le groupe, qui distribue notamment les marques Winston et Camel (hors États-Unis), a vu ses ventes de cigarettes globalement stagner en volume à l’international, alors qu’elles ont baissé de plus de 12 % au Japon.

•• Pour 2018, Japan Tobacco s’attend à un environnement toujours « compliqué ».

« L’activité de tabac reste notre source de progression des profits et nous attendons une contribution des activités pharmaceutiques et alimentaires pour compléter la croissance des bénéfices », a indiqué le groupe.

Il prévoit notamment d’accélérer ses investissements dans les cigarettes électroniques, relais de croissance sur le marché du tabac.

•• Japan Tobacco veut devenir « le numéro 1 du marché des produits aux risques limités (cigarettes électroniques, tabac chauffé, ndlr) au Japon d’ici la fin 2020 », a déclaré son PDG Masamichi Terabatake, cité dans le communiqué. Le groupe teste depuis juin 2017 la Ploom Tech, à tabac chauffé (voir Lmdt des 24 juillet et 2 novembre 2017).

•• Le groupe veut aussi continuer à se développer géographiquement dans le tabac traditionnel. Pour l’année 2018, s’il s’attend à une nouvelle baisse de ses ventes de tabac au Japon (-3 %), Japan Tobacco vise une hausse de 3,8 % de son chiffre d’affaires à 2 220 milliards de yens, ainsi qu’un bénéfice net de 394 milliards de yens (+0,4 %) et un bénéfice opérationnel stable à 561 milliards de yens.