Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Fév 2019 | International, Profession
 

Le cigarettier Japan Tobacco (JT) table sur un nouveau recul de son bénéfice net en 2019 après une année mitigée, entre déclin de la demande au Japon et acquisitions à l’étranger (voir Lmdt du 1er août 2018).

En 2018, il a enregistré un résultat net en baisse de 1,7 % à 385,7 milliards de yens (quelque 3 milliards d’euros au cours actuel), affecté par une hausse des frais financiers.

Sur le seul quatrième trimestre, le repli a été plus prononcé (-9,7 %), alors que le groupe a souffert de « variations de devises défavorables », en particulier dans les marchés émergents, annonce l’AFP.

•• Japan Tobacco est confronté à un marché nippon morose, et seuls les nombreux achats auxquels il a procédé en Éthiopie, en Grèce, en Indonésie, au Bangladesh et en Russie (voir Lmdt des 6 août et 17 mars 2018) lui ont permis de dégager un chiffre d’affaires global en hausse l’an dernier, de 3,6 % à 2 216 milliards de yens (17,7 milliards d’euros).

Au Japon, ses ventes de cigarettes ont chuté de 11,7 %. JT tente de compenser le recul de la demande par le lancement d’autres produits : la Ploom Tech, une cigarette électronique qui contient du tabac chauffé et non brûlé, censé être moins toxique d’après les cigarettiers. Ce produit est désormais disponible sur l’ensemble du Japon, et d’autres modèles ont été lancés en janvier (voir Lmdt du 20 janvier).

« La mise en place de cette nouvelle catégorie prend plus de temps que prévu », avait toutefois souligné fin octobre Masamichi Terabatake, PDG de JT. « Nous accentuons donc nos efforts pour communiquer sur les différences et atouts du produit » comparé aux cigarettes traditionnelles, disait-il.

•• Pour l’année calendaire 2019, Japan Tobacco s’attend à une baisse de ses recettes de 0,7 %, à 2 200 milliards de yens (-0,7 %), et du bénéfice net de 4,1 %, à 370 milliards de yens.

Le cigarettier, qui est aussi présent dans l’alimentation et le secteur pharmaceutique, a par ailleurs annoncé un programme de rachat d’une partie de ses propres actions portant sur un montant de 50 milliards de yens. Ce type d’opération est généralement très appréciée des actionnaires et devrait donc faire grimper l’action vendredi à la Bourse de Tokyo.