Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Plutôt contraint et forcé, le ministre des Finances Moshe Kahlon a signé, le 20 février, un décret pour augmenter les taxes sur le tabac à rouler. Entré en vigueur dès le lendemain, le prix moyen de celui-ci est donc en train de doubler.

Jusqu’à maintenant, le tabac à rouler était beaucoup moins cher que les cigarettes dont la fiscalité était trois fois plus importante.

•• En juin dernier, le député du Likoud Yehudah Glick avait même fait une grève de la faim pour forcer la main du ministre des Finances sur ce sujet, l’accusant d’avoir systématiquement rejeté les recommandations de comités de la Knesset (voir Lmdt du 10 juillet 2018).

•• En définitive, c’est une décision de la Cour suprême de Justice qui a pesé, suite à un recours déposé par l’Association Israël contre le Cancer et l’association Israël Sans Tabac. Le juge a estimé qu’il n’y avait aucune différente pertinente entre les cigarettes et le tabac à rouler pouvant justifier l’écart de taxes.

Le ministre des Finances avait jusqu’alors argumenté sur le fait que « sa conception économique du monde » ne l’incitait guère à augmenter des taxes, quel que soit le produit.  Mais il se trouve aussi que la Knesset a voté un plan de lutte, de grande ampleur, contre le tabagisme (voir Lmdt du 30 janvier 2019).