Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Mar 2017 | Profession
 

Philip Morris International a reçu BFM Business dans le Cube, son centre de recherche et de développement situé à Neufchâtel, dans lequel travaille un peu plus de 450 scientifiques (voir Lmdt du 8 mars).

C’est là qu’a été conçu l’iQOS et que les laboratoires travaillent déjà sur les futurs modèles (voir Lmdt 28 juillet 2015 et 14 septembre 2014). Extraits.

•• Pas de feu dans Le Cube … mais trois sections « Earth », « Wind » et « Air », dans une ambiance de lumière tamisée de laboratoires high tech, de bureaux et salles de réunions.

IQOS, c’est dix ans de travail, 3 milliards de dollars d’investissements et 1 900 brevets déposés. Actuellement, le dispositif (appareil-device) pour le chauffage du tabac est fabriqué en Malaisie où PMI assure que les sous-traitants ont la capacité industrielle nécessaire pour soutenir des cadences élevées. Déjà vendu dans une vingtaine de pays, l’objectif est une commercialisation dans 35 pays d’ici la fin de l’année (voir Lmdt des 5 février 2017 et 23 novembre 2016).

Côté « heatsticks » de tabac, l’usine de Bologne vient de subir un lifting de 670 millions de dollars pour transformer et adapter les lignes de production (voir Lmdt du 28 septembre 2016). 74 milliards de sticks de tabac devraient sortir des usines du groupe d’ici la fin de l’année (contre 7,4 milliards vendus en 2016 / voir Lmdt du 10 février).

•• Dans Le Cube, on travaille déjà sur les futurs modèles. PMI y consacre la moitié de son budget en recherche et développement. 4 500 brevets sont en cours d’enregistrement. L’occasion de transformer – dès cette année – ces cigarettes « nouvelle génération » en, déjà, « cigarette connectée » (Bluetooth, appli mobile).