Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Déc 2020 | Trafic
 

Après l’effet d’annonce, les explications …

Sur CNews, ce mardi matin, Bruno Fuchs (député Modem du Haut-Rhin) a défendu le principe de sa proposition de loi imposant qu’une cigarette soit désormais consommée dans le pays où elle a été achetée (voir 29 décembre).

« C’est le respect d’un Protocole que la France a signé avec l’OMS en 2015, ainsi que l’UE en 2016 avec 54 pays dans le monde (voir 5 octobre 2018). Il y a un grand nombre de cigarettes qui ne sont pas fumés dans le pays d’achat

Exemple en Andorre : 120 millions de cigarettes consommées par an alors que les ventes s’élèvent à 850 millions d’unités.  En France, il y a les achats transfrontaliers et la moitié des cigarettes qui ne sont pas achetées en France le sont par la contrebande venus d’Afrique ou d’Europe de l’Est.

« On a augmenté le prix des cigarettes de 7 à 10 euros depuis 2017 et cette hausse a des effets pervers. Ça a impacté le travail des buralistes, ça a baissé les recettes de l’État et ça permet aux jeunes d’avoir accès à un marché du tabac à des coûts assez faibles.

« Les buralistes ont besoin de changer de modèle, alors si on les pénalise trop … Comme à la frontière du Luxembourg, de l’Allemagne, de l’Andorre, c’est un réseau entier de buralistes qui souffre. On a vu dans certains reportages que durant le premier confinement certains buralistes ont vu leurs ventes croître de 50 à 60 % en Alsace (…)

« C’est pourquoi une proposition de loi va être déposée à l’Assemblée nationale. C’est aussi une promesse de campagne du Président de la République qui veut s’appuyer sur le Protocole de l’OMS. On va dans le bon sens même si ça va être compliqué de convaincre nos voisins européens de faire pareil ».

Effectivement, au Luxembourg, les médias réagissent déjà : « autrement dit cela reviendrait à rendre illégal l’importation de tabac » (RTL5).