Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
28 Fév 2015 | Profession
 

La vie ordinaire d’un buraliste dans un quartier spécial d’Alès.

Agression buraliste GardHarcelé régulièrement par des jeunes affairés à leur trafic, à proximité de son tabac-presse, ce buraliste avait déjà porté plainte une dizaine de fois, quand suite à un sympathique « caillassage » de sa vitrine, l’automne dernier, il réagit autrement : il menace le groupe avec un pistolet d’alarme (voir Lmdt du 13 novembre 2014). Ce qui lui a valu quinze jours de prison, avec sursis (voir Lmdt du 6 février).

Jeudi dernier, le 26 février, l’un des jeunes importune la femme du buraliste dans le tabac-presse. Elle ne se laisse pas impressionner et l’enjoint énergiquement de sortir : l’individu la menace (« ma sœur va te casser la figure »), lui crache dessus et donne un fort coup de pied dans la porte d’entrée vitrée qui s’étoile.

Ce nouvel incident témoigne d’une ambiance encore plus exécrable qu’auparavant. Comme le confirme le buraliste au Midi Libre : « ils se mettent devant ma porte et me disent qu’ils vont s’arranger pour que je fasse mes 15 jours de prison (« tu vas y aller et te faire violer sous les douches »). Pour les faire partir, je les prends en photo. Celui que je considère comme le chef m’a surnommé Charlie. Il me crie qu’on va m’égorger. Je sais que certains jeunes de cette bande sont allés en prison, mais il en reste d’autres ».

Jeudi soir, repéré par les caméras de vidéo-protection de la ville, l’auteur des incidents de l’après midi dans le tabac-presse a été identifié et deux interpellations ont été effectuées par la police. Des mineurs qui devraient être déférés devant le tribunal pour enfants de Nîmes.

Réaction au Midi Libre de l’avocate du buraliste, maître Sophie Bonnaud : « ces faits font écho à l’audience du mois dernier. Le problème n’est toujours pas réglé. Ce qui a changé, c’est que les services d’enquête ont été réactifs. On reste cependant vigilant. Ces personnes risquent leur vie chaque jour en allant travailler … ».