Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
24 Mar 2018 | Profession
 

Buraliste à Hérimoncourt dans le Pays de Montbéliard, Laurence a été victime d’un braquage la semaine dernière (voir Lmdt du 16 mars). Et ce n’était pas la première fois. Très remontée, elle vient d’adresser « une lettre ouverte au braqueur et aux politiciens » publiée dans les médias locaux et de lancer une pétition sur les réseaux sociaux. 

« Je dédie cet article au jeune braqueur de ce jeudi. Prends le temps de bien lire cet article pour comprendre ce qu’il t’attend. Depuis ton choix de cet acte, c’est toi qui est traqué à présent. Tu es un petit minable sans courage, sans respect, qui se donne une vie bien lamentable. 

« Permets-moi de sourire car, ce jour-là, tu es reparti avec un fond de caisse, je précise au passage qu’il n’y a plus d’argent dans les caisses, mais ce que tu n’as pas réussi à me voler c’est ma fierté de travailler honnêtement, ma fierté d’avoir famille, amis et clients qui me soutiennent, mais ça tu ne connais pas. Je prends le temps d’écrire avec des mots pas trop compliqués pour être à ton niveau.

« Et pour finir, à vous chers politiciens, je vous tiens responsables de cette montée de violence et de braquages. La justice devient pitoyable et incompétente faute de moyens, ainsi qu’avec la restriction du budget pour les forces de l’ordre, les Français seront de moins en moins protégés. Vous banalisez ces faits, vous ne sanctionnez plus.

« Nous les commerçants, n’avons plus aucune reconnaissance ni d’écoute, nous sommes juste devenus des vaches à lait. Cessez tous de trouver des excuses aux braqueurs, car il est temps de responsabiliser ces gens avec des sanctions exemplaires. »

« À vous, chers politiciens qui faites partie de la royauté, venez dans mon humble commerce au fin fond de la France, ne vous inquiétez pas, votre GPS trouvera Hérimoncourt, pour voir la réalité du travail sans privilège. À bon entendeur. Merci à tous. »