Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Mai 2019 | Profession
 

Des bars-tabac à Moreuil, Rollot, Saveuse dans la Somme ; Fosseuse et Compiègne dans l’Oise. Saint-Quentin dans l’Aisne …

Depuis le début de l’année, sur toute la région Picardie, il n’y a pas de répits en termes de cambriolages, tentatives, ou vols à main armée, constate Le Courrier Picard dans un dossier du 16 mai. 

« On ne peut pas parler de recrudescence, mais ces attaques sont courantes. Et ça ne va pas s’arrêter ou s’atténuer », se désole Jacques Héry, président des buralistes de l’Aisne.

•• Les cambriolages ou vols à main armée « sont une vraie préoccupation », explique Claudine Menaches, présidente des buralistes de l’Oise.

Elle note que les forces de l’ordre ont procédé à de nombreuses grosses saisies, tant de cigarettes de contrebande que de drogue. Et les commerçants pourraient subir les agissements des malfaiteurs souffrant d’un « manque à gagner » dû à ces saisies.

•• Des attaques isolées ont lieu, mais les buralistes font aussi face à des équipes qui ciblent un secteur sur une courte période.

Ainsi dans l’Aisne, entre mi-août et mi-septembre 2018, une dizaine de commerces avaient été touchés.

En août 2018 toujours, cinq bars-tabacs ont attaqué le même jour dans l’est de la Somme, à Montdidier, Rosières-en-Santerre, Péronne et Ham notamment (voir Lmdt du 31 août 2018).

En mai de l’année dernière, une série avait touché des commerces au nord de l’Oise, comme à Froissy, Argenlieu et Maignelay-Montigny (voir Lmdt du 4 mai 2018).

C’est que les délinquants n’ont que l’embarras du choix : même si le nombre est en baisse, la région compte plus de 800 établissements.

•• « Et cela devient de plus en plus violent. Dans la Somme, on s’en rend compte avec l’attaque survenue à Rollot où une dame âgée a été menacée avec une arme (voir Lmdt du 20 mars) ou encore avec cette agression à Saveuse. On a l’impression qu’il n’y a plus rien qui les retient. Nous sommes de plus en plus une cible » ajoute Jacques Héry.