Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a félicité l’Inde, qui vient d’annoncer l’interdiction des cigarettes électroniques (voir Lmdt du 18 septembre), rapporte une dépêche AFP.

Dans un tweet, le bureau de l’OMS pour l’Asie du Sud-Est a relevé que l’Inde était le sixième pays dans la région à avoir interdit les cigarettes électroniques après la Corée du Nord, le Népal, le Sri Lanka, la Thaïlande et Timor-Est.

Le milliardaire Michael Bloomberg a également félicité le Premier ministre Narendra Modi pour « avoir reconnu cette épidémie et avoir donné la priorité à la santé des citoyens » (voir Lmdt du 11 septembre).

•• Mercredi, mettant en avant des impératifs de santé, le gouvernement indien a annoncé l’interdiction de la production, de l’importation, de l’exportation, du transport, du stockage et de la vente de cigarettes électroniques. Une première infraction est passible d’un an de prison et/ou 100 000 roupies (1 270 euros) d’amende, et cela peut aller jusqu’à 3 ans et/ou 500 000 roupies (6 300 euros) en cas de récidive.

•• La vente des autres produits liés au tabac demeure cependant légale en Inde.

L’Inde est également le troisième producteur mondial de tabac, derrière la Chine et le Brésil, et ses cultivateurs représentent un électorat-clé pour les partis politiques. L’Inde a exporté pour près d’un milliard de dollars de tabac vers une centaine de pays en 2017-2018.

Le gouvernement possède aussi des parts substantielles, directement ou indirectement, dans des entreprises du monde du tabac comme ITC, l’un des plus gros cigarettiers du pays, précise encore la dépêche.