Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
 

Le gouvernement de New Delhi a annoncé, ce mercredi 18 septembre, interdire les cigarettes électroniques, au nom d’impératifs sanitaires et de la lutte contre les addictions (voir Lmdt du 31 août).

Sous le feu des critiques, elles sont accusées d’entraîner une dépendance à la nicotine. L’Inde est ainsi le premier pays à interdire le vapotage.

« La décision a été prise avec à l’esprit l’impact que les cigarettes électroniques ont sur la jeunesse aujourd’hui », a déclaré en conférence de presse la ministre des Finances Nirmala Sitharaman. « C’est devenu très à la mode de les essayer, de les utiliser » a-t-elle ajouté.

L’ordonnance gouvernementale interdit la production, l’import ou l’export, le transport, le stockage et la vente de cigarettes électroniques.

Une première infraction est passible d’un an de prison et/ou 100 000 roupies (1 270 euros) d’amende, jusqu’à 3 ans et/ou 500 000 roupies (6 300 euros) en cas de récidive.

Cette mesure « améliorera la politique de contrôle du tabac, donnant de meilleurs résultats en termes de santé publique » a ajouté le Gouvernement sur le compte Twitter de son service de presse.