Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
29 Juil 2019 | Profession
 

Les buralistes de Charente-Maritime ont été choisis – avec ceux de 17 autres départements – pour la phase d’expérimentation, début 2020, de la perception des impôts en espèces et par carte bancaire (voir Lmdt des 2324 et 25 juillet). Dans un reportage de France Bleu La Rochelle, différentes réactions à chaud ont été recueillies. 

•• Les habitués d’un bar-tabac à Dompierre-sur-Mer (aux portes de La Rochelle) regardant les courses de chevaux en sirotant des menthes à l’eau sont plutôt étonnés. « Je procède par virement, donc non ça ne me viendrait pas à l’idée » assure un client.

Une femme estime que ça peut être intéressant : « ça ne me dérangerait pas. Au contraire ! Ce serait plus simple que de se rendre toujours au centre des impôts où il faut attendre quinze plombes ».

•• Chez certains buralistes, aussi, il y a débat.

Jacky Revillé (président de la chambre syndicale des buralistes de Charente-Maritime et administrateur de la Confédération) se félicite : « là, c’est l’occasion à saisir pour se diversifier ! ».

Mais Bruno Raine, membre de « Buralistes en colère », implanté à L’Éguille-sur-Seudre (près de Royan), est contre. « C’est de la poudre aux yeux. Ça va être rémunéré à quoi ? À quelques centimes ? Pour les responsabilités ! Et qui est-ce qui paye ses impôts en espèces ? Je ne sais pas. »