Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Déc 2016 | International, Profession
 

L’annonce par Seita des fermetures des sites de Riom ainsi que de Fleury-les-Aubrais et de la recherche de repreneurs (voir Lmdt des 29 et 30 novembre ainsi que du 10 décembre et de ce jour) s’est accompagnée de plusieurs contacts entre le groupe et le Gouvernement (jusqu’à Matignon).

Pour expliquer, notamment, que la décision ne correspondait pas à des considérations franco-françaises mais répondait plutôt à un vaste plan d’ensemble d’adaptation des effectifs, à l’échelle du continent, pour le groupe Imperial Brands (ex-Imperial Tobacco / photo : siège à Bristol).

• En France, ce serait 339 postes de travail qui sont concernés avec Riom, Fleury-les-Aubrais et aussi des suppressions au siège. Après la fermeture de l’usine de Nantes avec 366 pertes nettes d’emplois (voir Lmdt des 14 avril et 23 octobre 2014).

• Au Royaume-Uni, on vient d’annoncer la suppression d’une centaine d’emplois au siège de Bristol. Après la fermeture définitive, en mai de cette année, de l’usine « historique » de Nottingham (voir Lmdt du 15 avril 2014) : plus de 500 postes de travail.

• En Espagne, la fermeture de l’usine Altadis de Logroño a été notifiée en début d’année (voir Lmdt du 19 janvier 2016) : 471 emplois concernés.

• En Russie, le mois prochain, le groupe met fin aux activités de l’une de ses deux usines. À Yaroslav, à 250 kilomètres de Moscou. Avec la suppression de 284 postes.