Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Août 2018 | Trafic
 

La découverte a été faite – presque – par hasard, mercredi dernier 1er août. Les agents de la police municipale effectuaient un simple contrôle d’hygiène dans une épicerie du centre-ville de Chilly-Mazarin (Essonne) et sont tombés sur près de 13 kilos de tabac à narguilé de contrebande. 

« Au cours de leur visite, ils ont découvert ce tabac dissimulé dans une trappe au fond du magasin » précise la Direction régionale des Douanes de Paris-Ouest. « Il faut savoir que ce type de produit ne peut être vendu que par les buralistes.  Ce genre de saisie par nos services est de plus en plus fréquent. » La Douane est intervenue le lendemain pour saisir la marchandise.

•• Ouvert depuis deux ans, le commerce était dans le collimateur de la municipalité depuis quelque temps déjà. « Nous avions remarqué des problèmes sur le plan sanitaire. Des produits mal conservés, des congélateurs pas toujours très nets », précise le maire Jean-Paul Beneytou (LR).

•• « Il faut savoir que 95 % du tabac à chicha consommé en France est acheté en dehors du réseau officiel des buralistes », explique Bernard Gasq, président de la fédération des buralistes d’Ile-de-France / Oise/ Seine Maritime au Parisien (édition du 3 août.)

« Il s’agit d’une concurrence déloyale qui nous nuit énormément. C’est pour cette raison que j’ai rencontré récemment le Préfet de l’Essonne à qui j’ai demandé de la sévérité et davantage de fermetures administratives. Le problème, c’est que ces gérants d’épiceries sont souvent convaincus qu’ils ont le droit de vendre du tabac.

« Chaque semaine, nous signalons au moins deux ou trois points de vente illégaux en Ile-de-France à la Douane qui réalise un gros travail sur ce sujet » (voir Lmdt du 20 juillet).