Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
21 Mar 2019 | Profession
 

Gros plan sur le Plan de Transformation, samedi 17 mars, à l’assemblée générale de la chambre syndicale des Deux-Sèvres présidée par Anne-Marie Barbat. Alors qu’un premier buraliste deux-sévrien (sur les 167 recensés) a déjà effectué sa demande de double devis.

•• « Il faut redevenir des commerçants de proximité » a insisté Sophie Lejeune, secrétaire général de la Confédération, qui participait à la réunion avec Jacky Revillé, président de la fédération Ouest et administrateur de la Confédération.

« Les volumes de vente de tabac baissent » a-t-elle poursuivi. D’où nécessaire « renouveau de la profession » d’autant que « le paquet va passer à 10 euros d’ici 2020 ».

•• Comment pourraient-ils se diversifier davantage ? se demande La Nouvelle République (édition du 19 mars) alors que depuis des années déjà, les bureaux de tabac ont multiplié les produits autour de leur « cœur de métier ». Ils se sont fait banquiers (42 « Points Nickel » en Deux-Sèvres), postiers avec les « Relais Poste » dans certains bourgs (23 fermetures de bureaux de Poste en Deux-Sèvres).

« Nous sommes parfois le dernier commerce ouvert dans la commune » a rappelé Jacky Revillé. Pour le reste, on peut y trouver de tout : boissons, nourriture, cartes, piles, couteaux, produits locaux, des articles plus spécifiques dans certains secteurs géographiques comme des souvenirs en bord de mer… La bimbeloterie arrive en troisième place dans le chiffre d’affaires des buralistes.

Parmi les pistes de diversification, les produits du vapotage : « cela va être à nous de récupérer cette activité. Il n’y a aucune raison que ce marché nous échappe. Fumer et vapoter, c’est un peu la même démarche. »

•• Les buralistes pourraient jouer un rôle dans le e-commerce, par exemple comme lieu d’expédition ou de réception de colis. En imaginant aussi des mises en réseau avec d’autres commerçants locaux. « On pourrait acheter son rôti chez le boucher et se le faire livrer chez le buraliste qui ferme plus tard » illustre le président de la Fédération Ouest.