Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Nov 2017 | Trafic
 

Plutôt moqueur, dans La Voix du Nord, le propriétaire d’un magasin de tabac à Quiévrain (Belgique) au moment de la hausse des prix du 13 novembre. Prudent (tout n’est pas moins cher en Belgique), il n’attend pour autant un afflux massif. Il compte surtout sur les habitués.

En tout cas, ce dimanche 12 novembre, il y a les Français qui se garent vite fait à la frontière, pour aller dans un « shop » et refaire leur stock de cartouches et de tabac à rouler. Et puis, il y a ceux qui viennent en couple ou en famille dans un magasin qui a des allures de cave d’Ali Baba, planté à l’entrée de Quiévrain, ville saloon.

•• Un homme attend « sa copine », devant un magasin, avec le chien en laisse. Ils viennent de Ham, font le trajet chaque mois « depuis des années ». Il fume, elle aussi. Par seaux de 500 grammes. Le prix du tabac, ici, vaut le déplacement, tout autant que celui des tubes, déclinés en nombreuses marques. Le chien patiente, habitué. L’économie réalisée par mois avoisine les 400 euros.

•• Le calcul est le même pour Méline, 23 ans, et Vanessa, 30 ans, qui quittent aussi une fois par mois Cambrai, « entre copines ». Vanessa ramène aussi du tabac en pot à sa mère. Méline a les deux mains prises par un immense carton où s’entassent les emplettes. Dedans, « quelques cochonneries à grignoter » ont été ajoutées. « C’est notre balade, on prend notre dimanche … »