Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
5 Jan 2020 | Profession
 

Les Grandes Gueules de RMC ont remis sur le tapis (diffusion : le 1er janvier dernier) la dernière enquête CNCT / BVA sur un mauvais respect de l’interdiction de vente de tabac aux mineurs par les buralistes (voir 3 octobre 2019). 

Et Philippe Coy, au téléphone, s’est efforcé de clarifier le débat, houleux comme d’habitude dans cette émission.

•• Philippe Coy : « Nous avons engagé déjà, depuis plusieurs mois, des démarches de changement de conduites et de rappels à la responsabilité du réseau des buralistes sur le sujet de la vente aux mineurs. Mais, il ne faut pas oublier les difficultés du quotidien, dans certains territoires, où les buralistes sont confrontés à des incivilités.

« Tout à l’heure, un de vos chroniqueurs parlait, à raison, de la responsabilité des parents. Je crois aussi qu’il y a, là aussi, une pluralité des démarches dans l’action à avoir et nous allons nous y engager fortement ».

•• Un intervenant des Grandes Gueules : « mais quel est le rapport entre incivilités et des jeunes de 14 ans qui peuvent acheter du tabac ? » (sic).

•• Philippe Coy : « Je ne veux pas me défausser, j’assume nos responsabilités. Et nous allons poursuivre nos efforts parce que nous devons être un réseau responsable et nous avons des missions d’utilité locale à assurer. 

« Vous avez parlé ce matin du tabac, mais il y a aussi d’autres sujets. Cet été, nous avons lancé une campagne de prévention et d’information sur le vapotage, dont les produits sont aussi interdits de vente aux mineurs (voir 22 juillet 2019).

« Nous allons travailler avec le ministère de la Santé avec encore plus d’énergie pour atteindre le zéro défaut ».

•• Philippe Coy, un peu plus tard, après une séquence où des arguments en tout genre ont été échangés : « Tout à l’heure, j’ai entendu des conneries du genre : « les buralistes vendent aux mineurs parce qu’ils vont mal ». Ceci n’est pas entendable. Nous sommes des entrepreneurs responsables, il y a des axes de travail sur lesquels nous sommes engagés pour corriger ce sondage.

•• Un intervenant des Grandes Gueules : « On est en plein paradoxe. L’État veut défendre les buralistes parce que ce sont souvent les derniers commerces ouverts dans un village et on leur demande de vendre plein de choses … mais le buraliste continue de vendre du tabac. « (re-sic).

•• Philippe Coy : « Il faut respecter les buralistes et je fais appel à mon bon sens de paysan …Nous sommes des entrepreneurs responsables. Nous avons un plan ambitieux, le plan de Transformation pour que ce lieu où l’on vend du tabac soit aussi un lieu de services et d’utilité locale. Nous avons communiqué, ces dernières semaines, sur les nouveaux produits que nous allons mettre dans le réseau : Sncf, Dgfip (paiement de proximité) etc …

« Pour revenir à l’interdiction de vente aux mineurs, il faut un plan Marshall, un plan d’accompagnement et de formation : lequel doit être aussi concerté avec les autorités sanitaires, avec les associations de parents et avec l’Éducation nationale ».