Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Juil 2018 | Trafic
 

Les dernières hausses de prix des cigarettes auraient encore encouragé les fumeurs alsaciens à faire leurs achats en Allemagne et ailleurs. Hervé Natali, expert « prévention et actions contre les trafics » de Seita Imperial Tobacco, fait le point dans les Dernières Nouvelles d’Alsace de ce jeudi 19 juillet.

Plus d’une cigarette fumée sur quatre dans le Grand Est ne proviendrait pas de chez un buraliste contre, en moyenne, un peu moins d’une sur cinq à l’échelle du pays.

•• À Mulhouse et à Colmar, pas moins de 33,3 % et 32,4 % des paquets consommés ne seraient pas issus du réseau officiel … La source d’Hervé Natali ? Un comptage, au dernier trimestre 2017, d’emballages ramassés dans la rue et des poubelles publiques : l’opération « ramasse-paquets » (voir Lmdt du 19 avril 2017).

D’après cette étude, Colmar et Mulhouse seraient les 10e et 11e villes françaises en termes de consommation de tabac non-domestique. Avec 28,3 % et 26,4 %, Strasbourg et Haguenau occuperaient les 20e et 27e places du classement.

•• « En Alsace, comme dans les autres régions transfrontalières, les villes sont peu assujetties à la vente à la sauvette ou au trafic, car les possibilités d’acheter régulièrement et légalement du tabac moins cher dans les pays limitrophes sont faciles », note Hervé Natali.

En fait, un tiers des cigarettes non domestiques fumées à Strasbourg seraient allemandes et 18,2 % de celles grillées à Mulhouse seraient suisses.

•• Mais la part du tabac non domestique aurait bondi de 5 % à Mulhouse, de plus de 8 % à Strasbourg et de presque 12 % à Colmar entre le 2ème trimestre 2017 et la fin de la même année.

« On peut légitimement penser que cette augmentation’ est relative à la hausse du prix du tabac, en novembre dernier [en moyenne de 30 centimes par paquet, ndlr) » estime Hervé Natali, « le consommateur regarde son portefeuille, on ne peut pas lui en vouloir. Mais il doit comprendre que cela va à l’encontre des débitants … »

•• Afin de sensibiliser le public à l’impact des achats frontaliers et surtout du trafic, Seita a mis en place le site www.trafic-tabac.fr (voir Lmdt du 6 juillet 2017).

Avec l’objectif de lutter contre « ce fléau », Hervé Natali devrait remettre un livre blanc au Gouvernement, à la fin d’année. Dans le cadre de sa rédaction, il ne s’interdit pas d’organiser des assises régionales réunissant professionnels et élus du Grand Est afin d’aborder, notamment, la question des achats frontaliers en Allemagne, en Suisse, au Luxembourg et en Belgique.