Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Juil 2019 | Profession
 

En 2018, le montant des fraudes sur les chèques a bondi pour atteindre 450 millions d’euros. Les autorités y voient la conséquence du renforcement sur la sécurité des autres moyens de paiements.

Le chèque est en perte de vitesse mais il est devenu le moyen de paiement le plus fraudé en France devant la carte bancaire, selon un rapport de la Banque de France dévoilé ce 8 juillet.

•• Ces 450 millions d’euros de fraude équivalent à 43 % du montant total des fraudes enregistrées sur les paiements (hors espèces). Pourtant, le chèque ne représente que 7 % du nombre total de ces paiements dits scripturaux. Concrètement, il y a eu 1 euro de fraude pour quelque 2 000 euros de paiements par chèque l’an dernier (soit un taux de fraude de 0,05 %).

En 2018, 1,7 milliard de chèques ont été émis, ce qui correspond à une baisse de 9 % du nombre d’opérations réalisées par ce moyen de paiement en comparaison avec l’année précédente.

•• Les Français ont utilisé la carte bancaire pour plus de la moitié de leurs transactions scripturales l’an dernier. Et les cartes n’ont concentré que 38 % de la fraude en montant (42 % si l’on tient compte des transactions de retraits).

Sur les cartes de paiement françaises, le taux de fraude a progressé pour s’établir à 0,062 % (soit 1 euro de fraude pour 1 612 euros).

•• En plein essor, les paiements par carte sans contact apparaissent bien sécurisés, (avec un taux de fraude nettement inférieur à celui des paiements à distance, à 0,020 %) et la fraude sur ces paiements résulte seulement du vol ou de la perte de la carte, selon la Banque de France.