Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
3 Août 2018 | Profession
 

Conseil des ministres, ce matin – ce qui est exceptionnel, un vendredi – avant deux semaines de vacances officielles pour le Gouvernement.

On ignore encore quel lieu de villégiature a choisi le ministre de l’Action et des Comptes publics. Mais nous avons de quoi être sûr d’une chose : Gérald Darmanin se sera beaucoup engagé auprès des buralistes, dont il assure la tutelle, ces derniers mois. Avec une intensité encore jamais vue, toutes comparaisons gardées, chez ses prédécesseurs.

•• Et pourtant, la tâche ne s’annonçait pas facile. Surtout au moment il s’est rendu au congrès des buralistes – il y a moins de dix mois, le lendemain de l’élection de Philippe Coy à la tête de la Confédération – pour confirmer l’engagement gouvernemental du paquet coûtant 10 euros à échéance 2020 (voir Lmdt du 20 octobre 2017). Devant une salle sceptique, si ce n’est houleuse, il prend deux engagements :

 L’un … celui d’aller sur le terrain discuter avec des buralistes frontaliers suite à l’invitation lancée à brûle-pourpoint par le président de la chambre syndicale des buralistes de l’Ariège, Gérard Maury.

Ce qui s’est concrétisé le dimanche matin du 12 novembre, lors d’une table-ronde avec des buralistes, à la préfecture de Foix. Le ministre partant ensuite à l’assaut de la route qui mène en Andorre afin d’y visiter le dispositif douanier en compagnie de Philippe Coy (voir Lmdt du 13 novembre 2017).

L’autre … celui d’ouvrir tout de suite les négociations avec la Confédération afin de renforcer le Protocole d’accord en cours entre le Gouvernement et la profession des buralistes.

De fait, les discussions se sont enclenchées et ont relativement vite débouché sur le nouveau Protocole que l’on sait. Avec des mesures aussi structurantes qu’innovantes : la remise transitoire et le fonds de transformation ; et des avancées obtenues tant auprès de la FDJ que de Logista (voir Lmdt des 2 et 4 février).

Inutile de préciser que Gérald Darmanin s’est toujours impliqué dans le dossier. En menant lui-même des discussions, parfois âpres, avec les représentants des buralistes ; le 23 janvier au soir, par exemple. Détail qui a son importance : le ministre a signé un communiqué pour saluer la parution des décrets permettant d’inscrire, dans le marbre de la réglementation, les termes de l’accord (voir Lmdt du 2 juillet 2018).

D’ailleurs, il veille aussi à émettre, en co-production avec Agnès Buzyn, un communiqué officiel à chaque homologation de prix (voir, par exemple, Lmdt des 31 juillet et 28 février). Cela aussi est inédit.

Et on ne pourra pas lui reprocher d’être intervenu promptement pour couper court aux rumeurs sur une « taxe spéciale mégots » (voir Lmdt du 25 avril).

•• Surtout, le ministre a décidé de s’occuper – personnellement, pourrait-t-on dire – du vaste sujet de la lutte contre la contrebande et le marché parallèle du tabac.

Avec des initiatives très précises dépassant les simples « effets de com », si fréquents en la matière :

 En fixant un objectif « sus au tabac de contrebande » lors de la présentation du décevant bilan de la Douane pour 2017 (voir Lmdt du 13 mars 2018). Depuis, nous rapportons, ici-même, un enchaînement continu d’opérations et saisies douanières (voir encore Lmdt du 2 août) ;

 En multipliant les visites de terrain auprès des douaniers : de façon à répéter son message et à se rendre compte précisément des décisions prises.

Le dernier exemple en date étant ce déplacement de 48 heures, sur les routes du Var et dans les installations douanières des Bouches-du-Rhône, il y a quinze jours. Gérald Darmanin y a annoncé un investissement de deux millions d’euros pour un scanner destiné à la Douane. Toujours bon pour le moral des agents.

Il en a même profité pour tenir une deuxième table-ronde avec des buralistes locaux et leurs représentants, dont Philippe Coy et Sophie Lejeune (voir Lmdt des 19, 20 et 21 juillet 2018) ;

 En arrivant à convaincre les Andorrans de mettre en œuvre une coopération douanière renforcée. Une vraie première. À l’occasion d’un déplacement sur place, accompagné (comme pour tous les déplacements que nous venons de citer) par Rodolphe Gintz, directeur de la Douane. Philippe Coy étant l’invité surprise … pour les Andorrans (voir Lmdt du 17 mars) ;

 En prenant de court les parlementaires examinant le projet de loi contre la fraude, cet été, avec un double amendement qui permettra aux forces de l’ordre de mieux agir contre les particuliers transportant plus de deux cartouches de cigarettes (voir Lmdt du 25 juillet). Le texte devrait être définitivement adopté à la rentrée.

Et encore, il serait surprenant que le ministre ne se manifeste pas, d’une façon ou d’une autre sur le sujet, pendant ce mois d’août.