Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Août 2019 | International, Profession
 

L’idée d’un « remariage » entre Philip Morris International et Altria (voir Lmdt de ce jour) n’est pas nouvelle et se trouvait déjà évoquée par les analystes depuis pas mal de temps (voir Lmdt du 23 décembre 2016).

En fait, l’ancien groupe Philip Morris International s’était scindé en deux, en 2008, entre ses activités aux États Unis (sous le nom Altria) et dans le reste du monde (toujours sous le nom de Philip Morris International / PMI).

Mais à l’époque, de part et d’autre, on ne parlait que de cigarettes et singulièrement de la marque-phare, Marlboro. Aujourd’hui, l’heure est au regroupement. Mais dans un contexte, radicalement changé, de développement d’alternatives à la cigarette traditionnelle.

•• La récente décision de la FDA (Food and Drug Administration, autorité régulatrice américaine) d’autoriser la vente de l’Iqos de PMI sur le marché des États-Unis (voir Lmdt du 1er mai 2019) ayant été, fort probablement, un facteur déclenchant de l’annonce d’aujourd’hui.

•• Si la transaction devait se faire – uniquement par échanges d’actions entre actionnaires – le groupe reconstitué représenterait un chiffre d’affaires de 55 milliards de dollars et une valorisation boursière de 200 milliards de dollars.

Soit la perspective de moyens humains et financiers supplémentaires pour accélérer le développement de l’Iqos – et sa technologie du tabac chauffé – en alternative à la cigarette traditionnelle.

Philip Morris International ayant déjà investi 6,5 milliards de dollars dans la recherche et le développement de l’Iqos ou autres plateformes de produits alternatifs.

Soit des moyens supplémentaires pour capitaliser sur d’autres retours d’expérience.

Par exemple, Altria a investi dans 35 % des parts du leader américain du marché des cigarettes électroniques, Juul, il y a 8 mois (voir Lmdt du 20 décembre 2018). Autre exemple, Altria est devenu, il y a 8 mois aussi, le principal actionnaire de l’ un des producteurs canadiens de cannabis légal, Cronos (voir Lmdt du 9 mars 2019).

•• Il s’agit, bel et bien, de se donner les moyens d’une mutation accélérée.