Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Juin 2019 | Trafic
 

La Dépêche du Midi vient de réaliser un micro-trottoir, à Toulouse même, sur le sujet de  la hausse du prix du tabac et de la baisse du volume des ventes de tabac chez les buralistes. Question simple au départ : y-a-t-il arrêt du tabac ou système D pour se procurer des cigarettes ailleurs ? Réponses significatives. 

•• « Je fume depuis presque 5 ans et j’ai toujours acheté mes paquets en bureau de tabac. J’ai vu les prix augmenter sans cesse et ce n’est pas près de s’arrêter. J’essaye de diminuer ma consommation mais je n’arrive pas à m’en passer entièrement, aujourd’hui j’achète principalement mes cigarettes en bureau de tabac mais je ne me prive pas de passer commande quand un de mes proches va au Pas de la Case, en Andorre » explique un étudiant de 27 ans.

/ Quant à un autre étudiant, il organise avec des amis des « roulements » pour ne jamais manquer. « Tous les week-ends on part à quatre, sur un groupe de six amis. On charge le plus possible et ça nous coûte beaucoup moins cher, d’autant plus que nous sommes de gros fumeurs. Je n’ai pas acheté un paquet en France depuis presque deux ans et il m’arrive souvent de dépasser la limite autorisée par la Douane ».

•• Mais à Toulouse, on ne trouve pas que du tabac venant d’Andorre ou d’Espagne : « ma mère habite dans le Nord de la France et je vais souvent lui rendre visite avec ma fille, j’en profite toujours pour passer en Belgique acheter une ou deux cartouches » rapporte une jeune femme.

•• Et puis, il y a du tabac partout. N’est-ce-pas ? « À quelques rues d’un lycée, il y a un commerce intéressant pour les fumeurs. De l’extérieur il ressemble à une épicerie basque mais quand on connaît un peu on a accès à la marchandise qui se trouve sous le comptoir. Là-bas il n’y a pas de marques connues mais du tabac marocain. Le paquet coûte entre 4 et 6 euros et il fait très bien l’affaire. Il y a le même genre de trafic à Arnaud Bernard (voir Lmdt des 23 juin et 14 septembre 2018) mais les prix n’y sont tout de même pas aussi intéressants » explique un jeune homme.