Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
27 Août 2017 | Trafic
 

Le plus grand « marché de tabac à ciel ouvert » – dans le quartier de Barbès, au cœur de Paris (voir Lmdt des 20 mars 2017 et 9 octobre 2016) – est tellement juteux qu’il suscite bien des vocations chez les « racailles ».

•• Ainsi, Omar de Mons-en-Baroeul (Nord), est monté à Paris, dans l’après-midi de ce vendredi 25 août, pour écouler son stock de cigarettes sur les trottoirs de Barbès. Comme des dizaines d’autres revendeurs.

Seulement, ces derniers n’ont vraiment pas apprécié cette concurrence de leur collègue du Nord. Vraiment pas. Ils l’ont viré avec pertes et fracas.

•• Quelque temps après, Omar s’est rendu à la station Barbès-Rochechouart, elle-même, pour emprunter l’escalier d’accès à la ligne aérienne Nation-Dauphine.

Et de là – profitant d’un point de vue unique sur les revendeurs et la foule de leurs clients le long du boulevard de La Chapelle (spectacle que connaissent bien des milliers d’usagers du métro chaque jour) – il s’est mis à leur jeter plusieurs bouteilles d’essence, enflammées par un bout de chiffon faisant office de bouchon : des cocktails Molotov. On suppose qu’il les avait hâtivement confectionnés pour se venger (on trouve de tout à Barbès) …

••Panique instantanée dans le quartier. Il est 20 heures 15. Alerte « terrorisme » déclenchée. Les policiers surgissent tout de suite sur le quai. Omar a le temps de jeter un dernier cocktail sur les rails avant d’être mis en joue et plaqué sur le sol.

•• Mais, avec les policiers, sont arrivés les vrais maîtres du quartier, une trentaine de revendeurs de tabac, qui se ruent sur Omar … pour le passer à tabac. Bagarre générale avec les policiers qui ont dû user de beaucoup de gaz, et même lancer une grenade lacrymogène, pour emmener Omar au commissariat tout proche. Au milieu d’une foule hostile et prête à tout pour protéger un commerce tant lucratif.

•• On espère que ce grave fait divers va inciter les autorités à donner un coup de pied dans la fourmilière. En tout cas, les conduire à prendre des mesures plus efficaces que les dernières (voir Lmdt du 20 janvier 2017).

•• Rappelons que les buralistes de la fédération Ile-de-France/Seine-Maritime/Oise ont manifesté récemment à Barbès. À 5 heures 30 du matin, heure d’ouverture du métro, par un froid matin de ce mois de janvier (voir Lmdt du 25 janvier 2017). L’événement avait intéressé les médias. Et les revendeurs de tabac, déjà sur place. Goguenards.