Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
17 Jan 2016 | Institutions
 

Agnès Buzyn IncaAinsi le dit Le Point dans son édition de cette semaine : « une dizaine de postes seront bientôt à pourvoir à la tête d’institutions prestigieuses (…) Et celui qui nomme, c’est François Hollande. Il décide de tout, tout seul, peste un bon connaisseur du sujet (…) Comme ses prédécesseurs, le chef de l’État n’hésite pas à utiliser ces postes de façon très politique ».

On vient d’apprendre qu’Agnès Buzyn (présidente de l’Institut national contre le cancer / Inca) a été proposée, par l’Élysée, au poste de présidente de la Haute Autorité de Santé (HAS).

Créée en 2005, il s’agit de la plus haute autorité en matière de politique de santé, même si cette institution a du mal à exister devant le protagonisme du ministère et de ses grandes administrations. La HAS délivre des recommandations sur les prises en charge (des médicaments aux prestations et établissements) ainsi que sur les pratiques professionnelles.

D’après Libé, il fallait « qu’une femme occupe le poste ».

Cependant, le nom de Claude Évin a souvent été évoqué dans les milieux autorisés. Il se trouve que les relations de ce dernier avec la ministre ne sont pas au beau fixe (voir Lmdt des 10 et 8 janvier).

Agnès Buzyn a forcément joué un rôle important dans la définition du plan Cancer de François Hollande (voir Lmdt du 4 février 2014). Elle soutient le paquet neutre, mais sans lui attribuer d’autre raison que celui d’être « une mesure symboliquement forte » (voir Lmdt du 12 novembre 2015).

Une chose est certaine. Elle ne porte pas les buralistes dans son cœur : « dans les autres pays, cette profession dédiée au tabac n’existe pas (…) Cette spécialité française est un frein » (voir Lmdt du 2 juin 2013).