Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
30 Sep 2019 | Profession
 

L’usine de première transformation du tabac, installée depuis 1985 dans le quartier de Madrazès à Sarlat, vit ses dernières heures.

Les machines s’arrêteront ce lundi en fin de matinée et les 33 salariés la quitteront le 8 octobre (voir Lmdt des 8 septembre ainsi que des 28 et 29 août). 

Vendredi 27 septembre, les saisonniers ont dit au revoir à leurs collègues. Cette semaine, une douzaine de salariés traitera les dernières feuilles de tabac puis rangera et nettoiera jusqu’au 8 octobre, jour officiel où sera remis les documents officiels de licenciements aux 33 derniers salariés permanents de l’usine qui a compté jusqu’à 200 employés à l’âge d’or.

« Comme tout le monde, nous vivions avec une épée au-dessus de la tête. Chaque été, quand on partait en vacances, on ne savait pas si on reprendrait le boulot » a expliqué, à Sud-Ouest, Bernard Olejniczak, 52 ans et 29 ans de boîte.

Il avait commencé comme saisonnier. Une fois embauché, il a grimpé pour devenir « acheteur haut gradeur ». Puis, Bernard a accepté de revenir à la production pour accompagner les difficultés de l’entreprise. Ces derniers jours, il mettait en place les derniers cartons, « avec un pincement au cœur, ça sert à la gorge ».