Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
20 Avr 2020 | Profession
 

Une adaptation provisoire due au confinement.

Lors du Conseil d’Administration de la Confédération qui s’est tenu – en visioconférence le vendredi 17 avril – Martine Richard (présidente des buralistes de l’Yonne et vice-présidente de la Confédération) a annoncé que Formation Buralistes, qu’elle préside, débutait ses premières formations initiales, en ligne, ce lundi 20 avril (voir 20 mars).

•• Soit 4 « sessions en ligne » de formation, dès cette semaine. « Chacune avec 6 nouveaux buralistes reliés avec leur formateur par ordinateur ou tablette, le simple smartphone n’étant pas accepté » précise Pascal Bescher (directeur de Formation Buralistes), lequel souligne le caractère exceptionnel et temporaire de ces stages en ligne.

Chaque session comprend 4 séances de 3 heures 30 minutes. Mais pour compenser les éventuelles insuffisances, en termes de qualité d’échanges, du « distanciel par rapport au présenciel », deux rendez-vous individuels en ligne, complémentaires, sont prévus entre le formateur et le nouveau buraliste :
le premier, préalable à la formation, pour faire connaissance, se préparer et se familiariser avec les échanges en ligne ;
le second, postérieur, pour révision des connaissances et ultimes conseils personnalisés pour le démarrage dans le métier.

« Ainsi, nous ne serons pas loin de nos 20 heures habituelles » confirme Pascal Bescher, soucieux de maintenir le niveau de qualité reconnu à Formation Buralistes. Sachant que l’adaptation des modules de la formation de base à cette version en ligne a été validée, étape par étape, avec la Douane.

•• Ultime précision : « nous proposons ces formations à celles et à ceux qui étaient inscrits à partir de la semaine du 16 mars, dans l’ordre chronologique des sessions qui étaient prévues ».

•• « La formation à distance n’est pas la réponse à tout » a confié, cette semaine, un représentant du ministère du Travail au Figaro (17 avril) « car tout ne peut se faire en ligne. C’est l’un des enjeux que la crise est en train de révéler ».