Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
12 Juin 2020 | Profession
 

La fermeture de la frontière n’a donc pas été un obstacle à la hausse des ventes de tabac en Andorre, comme l’a souligné une communication Seita (voir 11 juin).

Entre le 11 mai, premier jour officiel du déconfinement en France, et le 31 mai, les ventes de produits de tabac ont augmenté de près de 50 % dans la principauté. Contre-enquête de La Dépêche.

•• « Les fumeurs ont pu se rendre en Andorre avant l’ouverture de la frontière » assure Basile Vezin, porte-parole de Seita, « les contrôles ont été faibles. La perméabilité de la frontière n’était pas aussi forte que ce qu’on imagine ».

•• Du côté de la Douane, on assure que si un barrage filtrant permanent était en place côté français pendant le confinement, « la situation a évolué quelque peu au mois de mai avec un relatif assouplissement par l’Andorre des mesures liées aux travailleurs frontaliers » détaille Bruno Parissier, inspecteur principal des Douanes à la direction régionale de Perpignan.

•• « Il est inacceptable de voir cette aspiration de clients. Avec ce dumping fiscal de l’Andorre, on a créé un marché parallèle et cela favorise des organisations mafieuses. L’Andorre ne doit plus être un eldorado du tabac pas cher » déclare Philippe Coy.

Une situation qui dure depuis des années. Les buralistes demandent une mission parlementaire et ont rencontré récemment le président de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale, Éric Woerth.