Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
11 Sep 2017 | Profession
 

En attendant l’ouverture du capital (voir Lmdt du 10 septembre) … la dynamique commerciale 2017 est plutôt satisfaisante pour l’opérateur de jeux et son réseau de détaillants. 

•• En témoignent les chiffres à fin août (en cumulé depuis le début de l’année) :
+ 2,9 % de chiffre d’affaires global ;
+ 2,5 % pour ce qui concerne le réseau des détaillants.

Tel que le second semestre est parti, l’année devrait se terminer à, respectivement, + 3,5 % et + 3 %.

•• Les jeux de grattage se montrent très dynamiques (+ 7,7 % à fin août). Et le tirage connait aussi une bonne année (+ 3,6 %). Amigo en est à un bon niveau (+ 1,4 %), notamment grâce à des extensions d’agrément.

•• Ce sont les paris sportifs qui souffrent (-11 %). Pour des raisons explicables – le premier semestre 2016 correspondait à l’Euro – mais aussi parce qu’il y a un certain déport des parieurs vers d’autres offres on-line (l’ensemble du segment connaissant une croissance, cette année, de 20 %).

Avec un constat : les joueurs parient de plus en plus pendant les évènements. Ce qui n’est pas possible dans les points de vente et sur les bornes FDJ.

•• Dans ce sens, la Française des Jeux se sent « bridée » par la suspension de son expérimentation, au printemps dernier, de paris événementiels dans une centaine de points de vente (projet Olympia / voir Lmdt du 29 mars).

Tant il apparait de bon sens que l’avenir du réseau des détaillants – et de son attractivité pour les jeunes adultes – passe notamment par le maximum d’opportunités d’y suivre des événements dans une ambiance conviviale, partagée à plusieurs. Et de jouer en même temps, plaide-t-on du côté de la Française des Jeux.

Les paris sportifs ont suffisamment prouvé qu’ils constituent un relais de croissance du futur.