Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
19 Mai 2018 | Profession
 

Selon Les Échos (édition 18/19 mai), le projet de loi Pacte, envoyé en milieu de semaine au Conseil d’État, ne contient aucun volet sur la « cession d’actifs public ».

En clair, la mise sur le marché d’un pourcentage des participations de l’État au sein de la Française des Jeux (et d’ADP / ex-Aéroports de Paris) n’est, pour le moment, pas à l’ordre du jour du conseil des ministres du 20 juin prochain. Lequel doit examiner le texte (voir Lmdt des 7 mai et 10 avril).

•• Cette absence du dossier FDJ, au sein du texte envoyé au Conseil d’État, annonce-t-elle un enterrement du programme de privatisations ? Au sein du Gouvernement, on réfute une telle interprétation. « Il est toujours possible de compléter plus tard le texte envoyé au Conseil d’État. Ce dossier demande encore de l’instruction, il n’y a aucune urgence en la matière », indique-t-on à Matignon.

•• Plusieurs embûches sont venues se dresser sur le chemin du gouvernement, toujours selon le quotidien. Il y a d’abord des problèmes techniques. Selon ses informations, des expertises sont toujours en cours sur les outils de régulation qui doivent être mis en place dans le secteur des jeux.

•• À cela, s’ajoutent des considérations plus politiques. Est-il vraiment raisonnable de lancer une nouvelle vague de privatisations en ce moment, alors que les dossiers de réforme se bousculent ? « Cela n’a rien à voir avec le conflit à la SNCF. Mais il est vrai qu’un programme de privatisations devra être porté politiquement pour convaincre les Français et le débat public est assez encombré en ce moment » concède une source gouvernementale.