Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
4 Nov 2020 | Profession
 

L’Autorité nationale des jeux (ANJ / voir 25 juin) et la police nationale ont officialisé le 22 octobre leur collaboration avec la signature d’une convention de coopération en matière de contrôle du secteur des jeux d’argent et de hasard.

Cette convention était prévue lors de la création de l’ANJ, dans le cadre de la privatisation de la Française des jeux, puisque l’Autorité avait récupéré le contrôle sur l’ensemble du secteur à l’exception des casinos, restés sous la coupe du ministère de l’Intérieur (voir 17 juin).

•• L’ANJ et le Service central des courses et jeux (SCCJ) de la Direction générale de la police nationale vont désormais pouvoir notamment échanger des informations et organiser des contrôles communs.

« Le SCCJ) compte une centaine d’agents qui font à la fois de la police administrative et judiciaire. Nous avons une force de contrôle beaucoup plus limitée (20 personnes habilitées à réaliser des contrôles et enquêtes, ndlr). Donc cela va nous permettre d’avoir une force de frappe plus chirurgicale » a expliqué à l’AFP Isabelle Falque-Pierrotin, à la tête de l’ANJ.

•• « Nous avons une connaissance très fine des acteurs « online », mais le SCCJ connaît mieux le terrain, l’environnement des détaillants, et surtout les casinos » a ajouté la présidente de l’autorité indépendante, qui a repris les prérogatives de l’Arjel, élargies aux courses hippiques, jeux de grattage et loterie, ainsi qu’aux paris sportifs. Soit un marché de 50 milliards d’euros de mises.