Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
22 Jan 2019 | L'Info
 

La Fondation du Patrimoine a déjà attribué en 2018 19,6 millions d’euros provenant de la Française des jeux à 231 porteurs de projets de restauration de monuments, mais les besoins de financement immenses rendent impératif un nouveau loto, a indiqué mercredi à l’AFP sa directrice générale (voir Lmdt du 21 novembre 2018).

Des courriers annonçant l’octroi de diverses sommes financées sur les produits du Loto et des tickets de grattage ont été envoyés fin décembre aux maires, associations et autres porteurs de projets (notamment des propriétaires privés). La somme totale atteignait fin décembre 19,6 millions d’euros mais devrait s’établir à 21 millions, la vente des tickets de grattage s’étant prolongée jusqu’à mi-janvier.

•• « Les 19,6 millions ont été répartis en tenant compte des sommes nécessaires pour lancer les travaux. Nous avons davantage aidé le patrimoine non protégé car les édifices protégés au titre des monuments historiques percevront des aides exceptionnelles du ministère de la Culture », a expliqué Célia Vérot, directrice générale de la Fondation du patrimoine, en évoquant les lancements de chantiers permis par la mission de Stéphane Bern, alors que certains maires se disent déçus par les sommes allouées.

Certains maires, a-t-elle admis, « ont été déçus parce que, leurs monuments étant protégés au titre des monuments historiques, ils ont moins perçu des jeux, mais l’État verse déjà des subventions – à la fois classiques et exceptionnelles – aux monuments historiques ».

Un maire breton, Jérémy Loisel, élu de la Baussaine (Ille-et-Vilaine), dont l’église a été sélectionnée par la mission Bern parmi 269 dossiers, avait notamment exprimé sa déception, après avoir reçu un courrier lui annonçant une aide bien inférieure à ce qu’il escomptait, l’église étant inscrite aux monuments historiques.

•• « Il est très important de relancer cette année l’opération avec de nouveaux jeux, car les projets soutenus ont encore besoin d’argent et de nouveaux sites intéressants ont besoin d’aides », a observé Mme Vérot.

« Nous voulons nous concentrer sur le patrimoine local, car les petites communes ont des petits budgets. On les aide et on les encourage aussi à aller chercher des subventions ailleurs », a-t-elle relevé.