Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
7 Mai 2019 | Profession
 

Une ex-buraliste du Petit-Quevilly a comparu, le 25 avril, devant le tribunal correctionnel de Rouen pour abus de confiance envers la Française des Jeux.

•• Les faits tels que rapportés par les médias locaux : avant la liquidation judiciaire de son bar-tabac, actée en septembre 2015, plusieurs opérations de jeux dans le point de vente  – entre le 8 juin et le 2 juillet – s’étaient  soldées par un échec de facturation pour la Française des Jeux : sur un montant de 4 300 euros.

Ladite somme ayant été encaissée sur le compte bancaire personnel de la mise en cause, au lieu du compte spécifique à la Française des Jeux. Cette dernière avait, alors, déposé plainte contre la buraliste pour abus de confiance.

•• Or l’enquête qui a été menée montre, à ce moment-là, une cessation de paiement avérée puisque la banque avait écarté la buraliste de toute décision financière afin d’honorer les obligations de gestion du commerce jusqu’à la décision de liquidation judiciaire.

•• « Acculée et impuissante, je ne pouvais rien faire » a déclaré la prévenue, à la barre, en se dédouanant de toute tentation de profit puisque la FDJ avait été avertie de la situation. Pour la partie civile, cependant, « l’abus de confiance est parfaitement caractérisé ».

En revanche, pour le ministère public, « il n’y a pas de détournement intentionnel », la prévenue n’ayant plus aucune maîtrise des décisions comptables. Après délibération, le tribunal a décidé de relaxer l’ex-buraliste des faits qui lui étaient reprochés.