Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
13 Sep 2017 | Profession
 

Pour jouer au Loto, en plus d’avoir de la chance, il faudra aussi désormais être original.

De nombreux joueurs au tirage du Loto des 26 et 27 août derniers ont tenté les six numéros qui ont permis à une Américaine de remporter le plus gros gain du Powerball (le grand loto d’Outre-Atlantique). La Française des Jeux a dû refuser la combinaison à un grand nombre de joueurs. Explications.

•• Ils étaient trop nombreux dans l’Hexagone à avoir choisi les numéros du jackpot de Mavis Wanczyk qui a gagné l’équivalent de 635,7 millions d’euros, le mercredi 23 août. Mais si quelques-uns – les premiers – ont pu le faire en toute quiétude, d’autres ayant eu la même idée ont reçu comme retour : « L’ensemble des grilles jouées ne peuvent être validées pour cause de plafonnement. Nous vous invitons à modifier vos grilles », ou encore « Trop de combinaisons similaires ont été jouées. Validation impossible ».

•• En effet, depuis le mois de mars, les règles du Loto ont quelque peu changé, de par un décret. Désormais, seules 45 grilles identiques par joueur sont autorisées par la Française des jeux (FDJ). 

Avec le lancement du nouveau Loto, les gains sont devenus fixes et ne sont plus divisés de façon fluctuante entre les vainqueurs, « hormis le jackpot qui reste à partager entre les prises de jeu gagnantes », précise la FDJ. Avec l’ancienne formule, le montant des gains variait en fonction du chiffre d’affaires réalisé lors du tirage et du nombre de gagnants par rang (regroupant des plus aux moins chanceux). Ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Pour garantir ces montants fixes aux gagnants des différents rangs, le nombre de joueurs inspirés par la même combinaison doit être ainsi limité. « C’est la contrepartie de cette évolution. Il en va de la durabilité du jeu », explique encore la FDJ.