Une fenêtre sur l’actualité quotidienne de tous les événements évoquant directement ou indirectement le tabac
9 Oct 2019 | Profession
 

Le gouvernement français souhaite tirer « plus d’un milliard d’euros » de la privatisation prochaine de la Française des Jeux (FDJ), a indiqué, ce mardi 8 octobre, la PDG de l’opérateur Stéphane Pallez, assurant séduire les investisseurs par la perspective d’un « placement durable », rapporte l’AFP.

« L’État a dit qu’il souhaitait en tirer plus d’un milliard d’euros », a-t-elle assuré lors d’un entretien sur BFM Business.

•• La privatisation de la FDJ, dont l’État contrôle 72 %, doit intervenir « sans doute avant la fin du mois de novembre », avait annoncé en septembre le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire, sans préciser alors les conditions de l’opération (voir Lmdt du 2 septembre).

Le Parlement français a définitivement adopté en avril la loi Pacte, qui autorise le transfert au privé de la majorité du capital de la FDJ, tandis que l’État deviendra actionnaire minoritaire à hauteur de 20 % « au minimum ».

•• « On a des marchés qui sont un peu nerveux, volatils », mais les investisseurs pourraient être attirés par la perspective d’« un très bon placement financier de long terme », a souligné Stéphane Pallez.

« On est une entreprise pour offrir une croissance dans la durée (…) on pense qu’on est un placement durable » moins sensible « aux cycles économiques », a-t-elle noté, ajoutant que des investisseurs particuliers pourraient être « motivés » par des « avantages comme une décote ou une action gratuite ».